LA MALADIE

La médecine possède plus de quatre mille appellations pour les différentes maladies. Le nom spécifique de chaque affection est fonction de la région où l’élimination est localisée, ou du point de congestion où le flux sanguin a du mal à circuler et entraîne une douleur. Par exemple : les douleurs aux articulations.

La notion de la maladie, et surtout des causes qui la produisent, est variable selon les écoles médicales et les opinions envisagées. Mais, les moyens curatifs aussi sont variés, et souvent contradictoires.

Selon le centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), la maladie humaine est l’altération de la santé se manifestant par un ensemble de signes et symptômes, perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels, d’origine interne ou externe et comportant une évolution.

Il est très difficile, sinon impossible, de poser les limites entre la santé et la maladie, entre l’état normal et l’état anormal. D’ailleurs, les mots santé et maladie sont très arbitraires. Tout ce qui est compatible avec la vie est santé, tout ce qui est incompatible avec la durée de la vie et fait souffrir est la maladie

La maladie peut être insidieuse, latente, bénigne, grave, aiguë, chronique, contagieuse, transmissible, épidémique, endémique, acquise, constitutionnelle, congénitale, héréditaire, bacillaire, microbienne, parasitaire, virale, médicamenteuse, inflammatoire, éruptive, allergique, cancéreuse, diabétique, hypocondriaque, rhumatismale, maladie du siècle, etc.

D’après le Docteur Paul Carton, « La maladie est essentiellement un problème de terrain organique. La maladie est donc un produit de multiples transgressions des lois naturelles, de l’hygiène alimentaire, physique, psychique ou morale.

La maladie représente un effort naturel de nettoyage des toxines  et des poisons cellulaires.  D’où en bonne thérapeutique naturiste, la nécessité de diriger, de faciliter et même d’entretenir parfois ces crises, au lieu de s’efforcer de les enrayer brutalement par des médicaments, ou par des procédés physico-chimiques administrés, souvent, à contresens et d’une façon intempestive.

La thérapeutique devient ainsi vraiment scientifique, plus conforme aux lois de la saine physiologie. Car elle s’attaque alors aux causes profondes, réelles et primordiales de l’état morbide.»

Le Docteur Gaston Durville rappelait que «  La maladie ne peut germer dans un terrain organique sain. Une vie saine, une alimentation saine, assurent une bonne défense immunitaire (leucocytaire), et protège bien mieux des attaques microbiennes que les meilleurs vaccins.

Un terrain organique solide est la seule protection efficace contre tous les maux, il porte en lui le potentiel d’énergie capable de résister à la puissance destructrice du milieu.

Si le terrain organique sain est la seule garantie de la vraie santé, si les maladies ne peuvent s’implanter en nous que quand le terrain organique est affaibli, on peut dire qu’à bien voir, il n’existe pas en réalité des maladies, mais une seule maladie, basale fondamentale, profonde : la maladie de terrain organique. 

Les maladies nerveuses et morales, qui semblent si différentes des maladies physiques, ont la même signification : le terrain organique. La maladie, affaiblissement du terrain organique, se manifeste à nous par des symptômes visibles, palpables, douloureux.

La maladie, si elle trahit un fléchissement du terrain organique, n’est pas forcément la déchéance. Elle est au contraire habituellement une résistance à la déchéance, et souvent, même, une victoire sur les causes. Combien de maladies sont des crises de nettoyage, c’est-à-dire, des efforts que font nos énergies profondes pour se débarrasser de ce qui encombrait les milieux cellulaires ? Après le nettoyage, on rajeunit !

Le tempérament est le terrain natif déchu sur lequel évoluent toutes nos maladies. Il trace l’orientation générale de notre esprit, vers l’optimisme ou le défaitisme, l’activité ou la paresse.

Le tempérament, du fait qu’il est un mode de résistance à la maladie et un terrain organique prédisposé à une certaine variété de misères, est lui-même une vraie maladie.

La maladie, même infectieuse, ne tombe pas sur l’individu comme survient un accident. Elle se prépare de longue date dans les profondeurs de l’organisme. Elle germe comme germe une graine, elle pousse et il lui faut souvent plusieurs générations pour s’épanouir.»

LA  CITATION  DU  MOIS 

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. »

Paul  Eluard

L’HISTOIRE  DRÔLE  DU  MOIS

Marié depuis plusieurs années, un couple n’arrive pas à avoir d’enfant. Alors, en désespoir de cause, le mari se décide à aller demander conseil au voisin du dessus qui, lui, en a sept.

– Pas de problème, dit le voisin. Si vous faites exactement ce que je vous dis, tout va s’arranger. Vous allez d’abord acheter une savonnette de bonne qualité, un flacon de parfum et un balai. Ce soir, vous faites prendre un bain à votre femme, vous la savonnez bien partout, vous la rincez, et après l’avoir séchée vous la parfumez.

– Et le balai, ça sert à quoi ?

– Quand vous aurez fait tout ça, vous tapez au plafond, et je descends tout de suite…

Jean  Peigné

Dans notre prochaine publication, nous aborderons les maladies chroniques, comme vous le savez sont toujours plus nombreuses hélas. Entre-temps ;

nous vous souhaitons de tout cœur, bien-être, santé, succès et bonheur.

A bientôt sur notre web site-blog.

Avec notre cordial dévouement.

Rappel : pour nous contacter, merci de bien vouloir utiliser le formulaire de contact de notre web site-blog.

À Partager